Menu

L'histoire de Vanessa

Vanessa a retrouvé son autonomie 

Sophie Pacheco
Sophie Pacheco Case manager

« Aujourd’hui, Vanessa a trouvé un nouveau logement. Elle a organisé le déménagement et fait appel à son réseau pour l’aider. Elle a le projet à court terme de reprendre une activité sportive.

Sur le plan professionnel, elle est en contact avec un employeur, elle a des pistes pour un nouveau contrat. »

Focus

Face à une personne en difficulté, le cheval voit la personne et non sa difficulté

Brigitte Martin
Brigitte Martin Présidente de la Fédération Nationale des Thérapies avec le Cheval (FENTAC)

Qu’est-ce que la thérapie avec le cheval ?

La thérapie avec le cheval est une thérapie d’approche corporelle utilisant le cheval comme médiateur dans la relation avec des personnes en difficulté. Son objectif est de mettre en lumière les compétences corporelles, relationnelles et sensorielles du patient pour l’aider à reconstruire son image de soi et à se revaloriser. Dans ce travail, le cheval joue un rôle de catalyseur. Il est le révélateur de ces compétences.

Le terme « thérapie avec le cheval » est important. Il faut bien la différencier de « l’équithérapie », qui est une activité d’équitation adaptée, généralement dispensée par des moniteurs qui ne sont pas des professionnels du soin.

Comment se déroule concrètement une thérapie avec le cheval ?

Le thérapeute présente d’abord le cheval au patient et lui propose de le regarder évoluer dans son environnement, une pâture ou un manège, puis, petit à petit, de rentrer en interrelation avec lui. Le patient va alors s’apercevoir que le cheval vient à sa rencontre, interagit avec lui, car face à une personne en difficulté, le cheval voit la personne et non sa difficulté. Ce travail, dit « de narcissisation », est très important car il permet de renforcer l’image de soi du patient et de le revaloriser.

Ensuite, le thérapeute va suivre les désirs du patient pour lui proposer des interactions personnalisées et plus directes avec le cheval : le monter, se faire porter, le tenir avec une longe…

Comment le lien entre le patient et le cheval évolue-t-il au fil des séances ?

Les patients sont un peu méfiants lors des premières séances, car le cheval peut être générateur d’angoisses, celle de se faire bousculer par exemple. La découverte mutuelle laisse rapidement place à un lien de confiance et même d’attachement.

Pour quelles pathologies la thérapie avec le cheval est-elle recommandée ?

Le champ d’activité est extrêmement large. Aujourd’hui les thérapeutes avec le cheval travaillent sur tous types de pathologies : cancers, autisme, addiction… et avec tous les publics, des tout-petits aux personnes âgées. C’est la reconstruction du patient qui est en jeu. Toute personne qui souffre peut donc bénéficier de l’apport du cheval et de ce type de thérapie.

Comment ce type de thérapie peut-il s’intégrer dans un travail de reconstruction global, après un accident par exemple ?

Dans ce type de problématiques, la thérapie avec le cheval va s’atteler à réactiver les compétences sensorielles et relationnelles du patient. Il s’agit de travailler sur la confiance en soi, le plaisir d’être avec l’autre… Cependant, le thérapeute avec le cheval ne s’occupe pas du versant rééducatif. Ce n’est pas son rôle, mais celui d’autres professionnels du soin avec qui il va travailler en réseau.