Menu

L'histoire de Cathy

Cathy est devenue membre active d’une association

Marie Brangeon
Marie Brangeon Ergothérapeute et case manager

« Quand nous avons rencontré Cathy en 2014, celle-ci souffrait toujours beaucoup des séquelles de son accident de voiture. Son état se répercutait sur sa vie professionnelle et sociale. Nous avons donc travaillé avec elle autour d’un double objectif : gagner en autonomie et tenter une réinsertion professionnelle.

Aujourd’hui, Cathy a finalement choisi de mobiliser son énergie dans des projets associatifs et familiaux. Elle est devenue membre actif d’une association de motards de sa commune et a un projet de voyage avec des membres de sa famille. Enfin, Cathy réfléchit à un déménagement pour se rapprocher d’une plus grande ville. »

Focus

Le sport permet de découvrir ou redécouvrir son corps et ses capacités

Les personnes en situation complexe – victimes d’accident ou en situation de handicap – sont particulièrement touchées par l’isolement. Un obstacle au quotidien, qui peut rompre tous liens sociaux et professionnels. Le sport peut être un moyen efficace d’accompagner les personnes isolées. C’est le cas par exemple du Volley Club Sarrebourg en Lorraine.

Stéphane Girodat
Stéphane Girodat Infirmier scolaire et président du Volley Club Sarrebourg

Vous avez fondé le Volley Club Sarrebourg, qui accueille des personnes aux difficultés variées. Pourquoi avoir créé ce club ?

Le volley est un sport qui m’a beaucoup apporté. J’ai souhaité réunir autour de cette discipline des publics en difficulté avec lesquels j’ai travaillé en maison de retraite, en maison d’accueil spécialisée, ou en tant qu’éducateur, animateur et maintenant infirmier scolaire… J’ai créé ce club en 2014 avec une section enfant, une section personnes âgées et une section volley-assis. Il s’agit d’une discipline paralympique, encore trop méconnue en France, mais ouverte à tous au Volley Club Sarrebourg.
Aujourd’hui, nous avons 47 licenciés, de 5 à 96 ans. Le volley n’est pas un but, mais un moyen pour eux de pratiquer une activité physique, de dépasser leur handicap ou leurs problèmes, et surtout de partager. J’ai d’ailleurs l’habitude de parler des volleys plutôt que du volley : dans le club on pratique le volley pour tous, le volley-santé, le volley plaisir…

Selon vous, à quoi est dû l’isolement des personnes handicapées ou en difficulté ?

L’isolement est réel bien sûr, mais il vient aussi de l’image que la société leur renvoie. On voit le handicap ou la maladie avant de voir la personne. Les personnes en difficulté pensent donc qu’elles ne sont plus capables de rien. Mais c’est faux, elles ont toutes un potentiel. Il faut juste le révéler. L’objectif du club, c’est justement de montrer que ces personnes sont des personnes à part entière et qu’elles peuvent faire de grandes choses.

Quels sont les bienfaits du volley et du sport en général pour elles ?

Tout d’abord de reprendre confiance dans leurs corps. Le sport permet de découvrir ou redécouvrir son corps et ses capacités. Sans avoir l’impression de faire des efforts, les plus jeunes, les personnes âgées ou les porteurs de handicaps constatent qu’ils peuvent pratiquer une activité physique et y prendre plaisir. Et puis il y a l’effet club. Les participants se sentent appartenir à un groupe, s’impliquent dans ses projets et vont à la rencontre d’autres personnes. Tout cela a un impact bénéfique sur l’estime de soi.

Vous avez remporté le Trophée du sport responsable de Generali. Comment ce prix a-t-il influé sur le club et quelles sont les actions prévues pour le futur ?

Ce trophée nous a apporté beaucoup de médiatisation et de visibilité. Aujourd’hui, de nombreuses structures nous contactent spontanément pour travailler avec nous. Cela nous permet de porter le message du club dans d’autres lieux, auprès de nouveaux publics : à tout âge, quelles que soient les difficultés, nous pouvons tous pratiquer.
En parallèle, à plus court terme, notre projet de longue date « EN’VOLLEY VOUS » va enfin aboutir. Une équipe de 16 personnes, porteuses de handicaps ou non, va ainsi aller aux Jeux Paralympiques de Rio en septembre pour assister à la cérémonie d’ouverture, intervenir dans des associations et promouvoir le volley-assis. Un moment fort pour le club et une belle reconnaissance du travail accompli !